Des débats riches lors des assemblées générales départementales des Communes forestières

Cette fin juin a été marquée par 3 assemblées générales d’associations départementales des communes forestières: l’Aude, l’Hérault et le Tarn.
Ce fut l’occasion d’échanges nourris, riches et variés, marquant bien les différences d’approche département par département, et surtout la diversité des actions menées par les Communes forestières, tant d’un point de vue politique que technique. La présence de la Fédération Nationale et de l’Union Régionale a été l’occasion de rappeler la force du réseau des Communes forestières, qui regroupe près de 6000 adhérents en France et 750 en Occitanie.

Ces 3 assemblées générales ont été l’occasion, selon une trame commune d’aborder, différents sujets :

  • L’articulation et la complémentarité des différentes strates du réseau des communes forestières (association départementale, union régionale, union de massif, fédération nationale)
  • Les 4 compétences des élus: propriétaire de forêt, aménageur du territoire, maître d’ouvrages de bâtiments et responsable de la sécurité

Les actions, tant politiques que techniques, selon les 3 axes du programme stratégique :

  • Représenter et défendre les intérêts des collectivités adhérentes:
    • Sur le sujet de l’Office National des Forêts : encaissement, soumission, distraction, future négociation du Contrat d’Objectif et de Performance,…
  • Accompagner les collectivités pour faire de la forêt et du bois, des outils de développement local
    • Accompagnement individuel ou à l’échelle de structures intercommunales (les démarches territoriales)
    • Bois énergie, bois construction (à partir de ressource locale), mobilisation des bois, foncier, desserte, urbanisme, environnement, sylvopastoralisme, incendies, Obligations Légales de Débroussaillement,…
  • Former, informer, communiquer

La première Assemblée générale s’est tenue à Limoux le 14 juin 2018, à l’invitation de Jacky GALY, président des Communes forestières de l’Aude.

Devant 25 personnes, la discussion a essentiellement porté sur la relation avec l’ONF, en insistant sur le rôle de l’Etat qui doit définir clairement ses objectifs et ambitions pour l’avenir, dans le cadre d’une véritable politique forestière nationale. L’ONF a insisté sur le besoin d’avoir le soutien des communes qui, elles, ont insisté sur le service public qui n’est plus rendu de façon satisfaisante.

La seconde Assemblée générale s’est tenue à La Boissière le 27 juin 2018 au matin, à l’invitation de Francis CROS, président des Communes forestières de l’Hérault.

Devant une trentaine de personnes, la discussion a essentiellement porté sur le rôle d’aménageur des élus, et sur le côté précurseur de cette association par rapport à l’Union régionale. Un focus a été réalisé sur le premier Contrat de réciprocité forestier passé entre 2 territoires adhérents : la Métropole de Montpellier et la Communauté de Communes des Monts de Lacaune et de la Montagne du Haut-Languedoc. La logique est de trouver des solutions innovantes pour faire travailler le monde rural, stock de bois, et le monde urbain, stock de population, dans une logique gagnant-gagnant à travers l’utilisation de la ressource locale transformée dans l’arrière-pays. La problématique de la gestion des risques, du tourisme et de l’environnement est également abordée.

La dernière Assemblée générale s’est tenue à Aiguefonde le 27 juin 2018 en soirée, à l’invitation de Serge CAZALS, président des Collectivités forestières du Tarn.

Devant une vingtaine de personnes, la discussion a essentiellement porté sur la construction bois local à travers une présentation détaillée de la marque Bois des Territoires du Massif central (Marque de certification collective adossée à un système de traçabilité à 100% qui garantit, outre la qualité, l’origine géographique du produit et celle de transformation). Cette marque a été développée à l’échelle du Massif central par les Communes forestières et se déploie actuellement à travers des premiers marchés publics.