LES ÉLUS UNANIMES CONTRE LES DÉCISIONS DE L’ÉTAT ET DE L’ONF

28/10/2018

Le dernier Conseil d’Administration de la Fédération nationale des Communes forestières s’est tenu les 16 et 17 octobre dernier à Paris. Un sujet principal a occupé la plus grande partie des discussions : le positionnement pris par l’État et l’ONF vis-à-vis du dernier Contrat d’Objectifs et de Performance. En présence de Francis CROS et Serge CAZALS, Dominique JARLIER a fait le retour de sa rencontre de la veille à l’Élysée et les élus des Communes forestières se sont mis unanimement d’accord sur la stratégie à tenir pour les mois à venir.

« Les agents forestiers disparaissent des territoires. Les maires des communes du sud ne les voient plus du tout. L’ONF ne rend plus les services qui devraient être les siens. Son objectif premier est de faire du chiffre d’affaires… » Dominique JARLIER – Président de la FNCOFOR

En présence d’une quarantaine de présidents d’associations départementales et/ou d’unions régionales de Communes forestières, le Conseil d’Administration de la Fédération nationale s’est tenu les 16 et 17 octobre dernier.

Le sujet principal a été la position à tenir vis-à-vis de l’État et de l’ONF qui conjointement, par diverses décisions, remettent en cause l’équilibre trouvé à l’issue de la dernière négociation du Contrat d’Objectifs et de Performance 2016-2020 (signé par l’État, l’ONF et les Communes forestières).

Le gel de 145 postes d’agents de l’ONF, annoncé de façon unilatérale, a brusquement tendu les élus des Communes forestières qui tiennent par-dessus tout au maintien du service public en forêt et donc à la présence d’agents de terrain, d’autant plus que d’autres annonces de gel de postes sont prévues pour les années futures.

Dominique JARLIER, président de la Fédération nationale, a fait le retour de son entrevue avec l’Élysée sur ce sujet, et a relaté les attentes de celui-ci.

Les élus des communes forestières se sont ensuite unanimement positionnés en faveur d’une position dure et demandent à être plus entendus et écoutés, tant par l’État que par l’ONF.

Francis CROS et Serge CAZALS se sont ensuite faits le relais des échanges entrepris en Occitanie sur cette question et ont exprimé les attentes des élus du Sud de la France.

D’autres élus d’Occitanie devaient également être présents à cette occasion mais n’ont pu se rendre sur Paris au lendemain des inondations catastrophiques qui ont touché l’Aude et plus largement l’Occitanie.

Une période de négociation s’engage où les élus souhaitent clairement exprimer leur attentes pour la gestion de leurs espaces.

Télécharger l’article publié par l’Humanité

Contacts :
Philippe LONJON
Directeur
philippe.lonjon@communesforestieres.org