QUAND INVESTIR DANS LE LOCAL RAPPORTE AUX TERRITOIRES !

Mercredi 06 mai2020

Relancer l’économie par et pour les territoires, c’est le message que nous portons haut et fort en cette période particulière. Relocaliser l’économie de la filière forêt-bois d’Occitanie est à considérer dans ce plan de relance. Pour cela, la commande publique sera la clef. Soutenir la demande locale par les marchés publics, est un véritable levier d’actions pour la relance post crise. En effet, dans notre filière forêt-bois, 50% de la valeur ajoutée et des emplois dépendent du marché final de la construction.

Et depuis quelques temps, nous sommes en capacité d’affirmer que les territoires faisant le choix engagé d’utiliser du bois local, transformé par des entreprises locales ont tout à y gagner : l’investissement dans le bois local rapporte de l’argent !

Mettre en évidence ce qui jusque-là n’était qu’intuitif

Nous avons mis en place un outil désormais opérationnel qui, grâce à des nombreux indicateurs propres à chaque projet, permet de quantifier les retombées locales de ces projets : le calculateur ART, pour Analyse des Retombées Territoriales.

Aujourd’hui, nous sommes fiers de publier l’analyse des 15 premiers bâtiments, qui nous permet d’affirmer que le bois de chez nous transformé par nos entreprises bénéficient à nos territoires !

Faire le choix du local, c’est maximiser les retombées pour son territoire !

Un projet 100 % bois local, mis en œuvre par des entreprises locales, aura un retour au territoire de 89 % de l’argent investi par la collectivité. A contrario, un projet utilisant uniquement du bois d’importation aura un retour seulement de 28% !

L’ensemble des projets étudiés a mobilisé 1 546 m3 de bois, ce qui permet de gérer durablement 4 019 ha de forêts chaque année, soit plus de 3 550 fois la place du Capitole à Toulouse !

Construire en bois local c’est aussi permettre au territoire de contribuer à l’effort de résilience en stockant durablement du CO2 : 1 m3 de bois utilisé permet d’éviter 1,1 tonne de CO2 émises par des matériaux conventionnels. A l’échelle de notre étude, ce sont 3 076 tonnes de CO2 évitées, soit 897 fois le tour du monde en avion !

L’exploitation des résultats de l’analyse des 15 projets nous montre qu’ 1,1 million d’euros supplémentaires auraient pu revenir aux territoires sous la forme d’aménités économiques, environnementales et d’emplois non délocalisables, si les options du bois local et des entreprises locales avait été retenues.

Pour en savoir plus, contactez-nous :
John PELLIER – Directeur
06.13.55.09.10 – occitanie@communesforestieres.org