ETUDE DE FLUX DE BOIS INTER-MASSIFS : DES RESULTATS ETONNANTS !

Mercredi 10 juin 2020

A la demande des élus des Communes forestières, une étude de flux inter-massifs s’est achevée fin 2019. Très attendue par les élus désireux de connaître précisément l’identité des massifs Alpins et Central et la nature des échanges de bois, l’étude fournit des données sur l’origine des bois, les lieux de transformation, et les sources d’approvisionnement de la deuxième transformation.

Cette étude de flux a été élaborée par les cabinets d’études Bois Synergie Consultant et ForTea consulting SARL sur commande des Communes forestières. Elle s’articule autour de deux documents distincts : une fiche d’identité des massifs, et une étude des flux.

Elle porte uniquement sur les résineux et couvre les 33 départements qui englobent les deux massifs.

Bien que pour chaque massif, les surfaces couvertes par les conifères soient de même ordre, l’étude souligne des différences significatives.

Des différences significatives entre les deux massifs

En termes de ressource, le Massif Central se caractérise par une récolte 7 fois plus importante que dans les Alpes en volume, le douglas y occupant de plus en plus de place. Il en va de même pour la production de sciages, une tendance à la hausse étant constatée dans le Massif Central, à la baisse dans les Alpes.

Le Massif Central apparaît comme exportateur tant pour les grumes (1 200 000 m³) que pour la deuxième transformation dont 60 % de la production quitte le territoire.

A contrario, les Alpes, dont la demande en produits transformés de qualité est plus élevée, importent 700 000 m³ de grumes et revend 80% de sa production sur son territoire.

Concentration des entreprises et une tendance commune à l’importation de la ressource

Le nombre de scieries tend à diminuer dans les deux massifs au profit des grosses unités qui concentrent le gros des volumes de sciages. L’autre point commun constaté est que les 2/3 des approvisionnements de la deuxième transformation se font à l’extérieur des 2 massifs avec une part très importante de bois d’importation, ce qui au regard de leurs ressources respectives représente une incohérence.

Relocaliser : un défi à relever pour l’avenir

Relocaliser une part des exportations pour le Massif Central et réduire les importations pour les 2 massifs ressortent comme deux enjeux principaux.

Pour y parvenir, il faut recréer des liens entre les entreprises de la deuxième et de la première transformation d’une part et augmenter la récolte et l’utilisation des bois locaux d’autre part.

Pour cela, les élus doivent imposer dans leurs projets de construction publics que les bois soient mis en œuvre en circuit court, avec une traçabilité garantie à 100%.

Les marques de certifications Bois des Alpestm et Bois des Territoires du Massif Centraltm mises en place par les collectivités forestières dans chaque massif répondent précisément à ce besoin.

Pour en savoir plus, contactez-nous :
Jérémie MAILLOT – Chargé de mission Bois des Territoires du Massif Central
06.13.65.14.13 – jeremie.maillot@communesforestieres.org