Les élus, moteurs et catalysateurs des Chartes Forestières de Territoire

Portée par une collectivité, la charte forestière de territoire (CFT) rassemble tous les acteurs d’un territoire qui définissent un programme d’actions pour valoriser leurs espaces forestiers. Elle prend en compte tous les usages de la forêt : économique, environnemental et social. En France, 140 CFT ont été signées, soit plus d’un tiers de la forêt métropolitaine, aussi bien publique que privée.

Le suivi et la mise en réseau des Chartes forestières de territoire (CFT) a été initié par la Fédération nationale des Communes forestières dès le vote de la loi d’orientation sur la forêt de 2001, pour accompagner et promouvoir le développement de cet outil. En 2003, la Fédération a reçu le soutien des ministères concernés par la forêt pour animer le Réseau national des CFT : ministère de l’Agriculture (MAAF), ministère de l’Environnement (MEEM) et Commissariat Général à l’Egalité des Territoires (CGET).

En parallèle, une mise en réseau régionale des acteurs des CFT a vu le jour : les unions régionales des communes forestières de Provence-Alpes-Côte d’Azur, d’Auvergne-Rhône-Alpes et d’Occitanie sont ainsi soutenues par l’Etat et les Régions à cette fin.

Dès la création de ce réseau dans notre Région, nous avons travaillé pour renforcer le rôle central de l’élu dans ces démarches.

  • En février 2012, nous avons organisé les rencontres nationales sur le thème : « Elus : quelle responsabilité dans la mise en œuvre d’actions territoriales ? »
  • En 2014 et 2015, nous avons accompagné la Région dans la définition de sa stratégie par rapport au financement de ces démarches en travaillant à la mise en place d’un schéma de fonctionnement « idéal » d’une CFT, réaffirmant la position centrale de l’élu, tour à tour, aménageur du territoire, propriétaire de forêt, prescripteur de bois et gestionnaire des risques.
  • Depuis plusieurs années, nous animons le réseau régional des élus référents des CFT afin de donner plus de poids politique à ces démarches et les mettre en lien direct avec les politiques départementales et régionales.