LES COMMUNES FORESTIERES VOTENT CONTRE LE BUDGET DE L’ONF

30 novembre 2018

La situation de l’établissement et la proposition de budget 2019 au conseil d’administration de l’Office national des forêts (ONF) qui s’est tenu le 29 novembre, ont conduit les représentants des Communes forestières à voter contre ce budget et à quitter la réunion. Une première qui traduit l’exaspération des maires, notamment face à une mesure symptomatique: l’encaissement par l’ONF des recettes de bois des communes.

Cette exaspération des élus est notamment montée face à une mesure symptomatique : l’encaissement par l’ONF des recettes de bois des communes avant reversement à celles-ci, dans un délai pouvant aller jusqu’à 3 mois, affectant d’autant la trésorerie des communes et contraire à leur libre administration.

La Fédération nationale des Communes forestières considère que cette mesure ne résout en rien les problèmes de l’ONF, ne faisant que masquer temporairement les dysfonctionnements d’un système qui pense trouver son salut dans toujours plus de complexité et toujours moins de transparence.

Elle dénonce également le non-respect de la diminution annoncée du plafond d’emplois qui est contraire à l’engagement des signataires du Contrat d’objectifs et de performance Etat-Fédération nationale des Communes forestières-ONF pour 2016-2020, qui prévoyait que « dès 2016, l’érosion des effectifs prendra fin après plus de 15 ans de baisse importante et continue ».

Elle a été confortée dans son vote par plusieurs autres représentants, notamment de collectivités et de syndicats.

La représentante du Premier ministre a constaté une « perte de sens » à l’ONF et annoncé la mise en place d’une mission en profondeur, confiée aux inspections des ministères concernés, sur le rôle et les missions de l’établissement public ONF, « sans tabou » et avec chacune des parties prenantes. Cette mission devrait rendre ses conclusions fin mars 2019.

La Fédération nationale des Communes forestières a anticipé ces annonces et impliqué ses milliers adhérents sur tout le territoire dans une réflexion complète sur la gestion de la forêt française. Elle rendra également ses conclusions à la fin du premier trimestre 2019.